Y a-t-il un contrebassiste obèse dans l’avion ?

Arrivé hier à Los Angeles, j’ai passé 12 heures dans l’avion. Rien de bien palpitant. Ce qui est potentiellement intéressant, c’est ce qui se passe après — et, peut-être, avant. Car l’après, c’est pour plus tard, quand j’en saurai un peu plus sur cette ville plate, mais ensoleillée et accueillante. Et comme à tout blog il faut un premier billet, une introduction en douceur, une profession de foi subtile, je sacrifie quelques lignes à ce premier post ingrat.

Attention, grande enquête internationale : comment embarquer sa guitare en avion ?

A priori, l’idée ne paraît pas si saugrenue. Nombreux sont les gens à voyager avec une guitare, du babos-roots au vieux routard, en passant même par le jeune cadre dynamique-et-décontract’. Mais en réalité, c’est un bagage hors-normes qui hante les nuits de l’hôtesse du comptoir d’enregistrement.

En fait, la règle officielle, c’est que ces troubadours devraient acheter un second siège pour l’emporter en cabine, sinon c’est la soute. Comme ça devrait aussi être le cas pour les obèses, d’ailleurs. Oui mais voilà, ces gens-là tiennent à leur gratte, et ils ne connaissent que trop bien la probabilité qu’elle ressorte de la soute en miettes s’ils n’ont pas d’étui rigide. Reste à l’autoriser en cabine, où des placards peuvent les accueillir. Mais ça dépasse les dimensions réglementaires du bagage cabine (55cmx35cmx25cm) !

En réalité, on rencontre les deux pratiques, en fonction de la personnalité de l’hôtesse à l’enregistrement. La règle pour optimiser ses chances : être souriant, ferme, et avoir un minimum de bagage cabine à côté.

J’ajoute désormais des conditions rédhibitoires : tenter l’expérience dans un aéroport non encore atteint par la civilisation (celui de Brest, par exemple), c’est avoir l’assurance d’une méconnaissance totale de cette pratique, voire même de l’éventualité de voyager avec un instrument. On peut aussi — c’est conseillé — anticiper le pire, en préparant un étui rigide.

Du coup, une question subsiste : le jour où les obèses payeront deux places, qu’en sera-t-il des contrebassistes obèses ? Considérera-t-on qu’ils peuvent faire rentrer à la fois leur contrebasse et leur surcharge pondérale sur un même siège ? Nouveau dilemme pour le personnel au sol.



Pour rester dans l’aéroport et terminer sur une note heureuse et pleine d’optimisme quant à l’usage toujours plus raisonné que nous faisons de la biométrie, j’évoque PARAFES (Passage automatisé rapide aux frontières extérieures Schengen), le nouveau système biométrique de contrôle aux frontières. Le principe : une borne avale votre passeport et, s’il a bon goût, vous enferme dans un sas vitré. Puis vous tripotez une seconde machine qui, reconnaissant vos doigts boudinés, vous ouvre les portes d’une galerie commerciale Duty-Free, en zone internationale.

Eric Besson a, le premier, déposé son sébum sur les appareils à reconnaissance digitale de l’aéroport Charles de Gaulle, il y a un an. L’intérêt de ce système ? «Au lieu de mettre 3/4 minutes, là on passe la frontière en une trentaine de secondes», a-t-il déclaré avec aplomb aux journalistes (voir la vidéo).

Le dispositif est présenté comme un coupe-file : un premier passage au fond d’un placard des douanes à Orly ou Roissy, et vous troquez vos empreintes contre un «Priority Pass» au bout de l’index. Une fois cette étape franchie, on vous fait miroiter un passage plus rapide aux frontières européennes.

Tout dépend évidemment des moyens mis à disposition du système ; mais 10 douaniers iront toujours plus vite que 10 aquariums, dans la mesure où un douanier ne passe pas beaucoup plus de 5 secondes à regarder votre passeport, tandis que «dans le cadre d’un usage normal, le temps moyen de passage dans le sas est de 30 secondes». Si on le prend à la lettre, le slogan «Passez les frontières en toute simplicité» nous inciterait donc plutôt à ne pas utiliser PARAFES.

Crédits photos. Une : Contrebassiste (DR), Eric Besson inaugure PARAFES (Ministère de l’Immigration, 2009).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s